S'entrainer bien, le foncier, allure optimale...

 

Qu'est ce l'endurance de base ? A quoi ça sert ? Quels sont les effets de l'entrainement foncier ?....On pourrait se questionner encore longtemps comme ça !...

 

Tout d'abord définissons l'intensité correspondant à l'endurance de base que l'on pourrait appeler aussi seuil aérobie.

Ce seuil se situe aux alentours des 70% de la Fréquence cardiaque, ce qui fait que pour une personne dont le fréquence cardiaque max se situe à 190 puls, le seuil aérobie se situe au niveau des FC à 135 puls...

Il semble qu'en dessous de ce seuil aérobie, le remplissage des cavités cardiaques ne se fassent pas à 100% et donc sur des intensités inférieures , on ne dévellopera pas le volume cardiaque (volume d'éjection systolique...pour dire des beaux mots qui font bien !) et donc l'interet de s'entrainer à intensité très faible devient minime (combustion des graisses...).

Le travail au seuil aérobie dévellope également la vascularisation musculaire, en d'autres termes, vous créez un réseau d'échanges de plus en plus important entre le sang et les cellules musculaires, ce qui augmente la capacité à utiliser un grand volume d'oxygène mais aussi à utiliser et bruler les substrats contenus dans le sang (glucose, graisses....etc) à l'effort. Ce qui revient à dire que de ce point de vue, l'entrainement à faible intensité (70% de FC max) améliore la consommation maximale d'oxygène ou en tout cas son potentiel de consommation maximal d'oxygène !

Bien evidemment également au nniveau de chaque cellule des améliorations seront apportées grace à l'entrainement au seuil aérobie, favorisant là aussi les échanges, on ne rentre pas dans les détails, mais ce qui est sur, c'est qu'à de nombreux niveaux le gain est bel et bien effectif.

Les effets rapidement sont mesurables, on remarque au bout de quelque temps que le pouls de repos baisse significativement, montrant ainsi que le volume cardiaque augmente et que pour acheminer un même volume de sang aux organes, le coeur peut réduire le nombre de battement par minute....Pour ma part, si je m'entraine sur des intensités globalement assez élevées, mon pouls de repos se situe vers les 46-50, si je travaille au seuil et uniquement pendant 1 mois, je baisse à moins de 35 bat/min....

 

Une petite parenthèse:

Il faut également savoir que l'entrainement à haute intensité et donc à des fréquences cardiaques hautes (90% et plus de FC max) ne permet pas au coeur de travailler à plein régime (son taux de remplissage sera limité de part la haute fréquence), par contre il travaillera parfaitement bien lors des phases de récup (lors d'entrainement fractionné), c'est à dire taux de remplissage maximal....C'est en fait sur ces phases que l'amélioration cardiaque est la plus profitable et qu'il ne faut pas escamoter la phase de récup.....

Dans mes premières années de triathlon, j'ai travaillé en fractionné assez rapidement (j'avais 8 ans de natation derrière moi ainsi que 10 ans de planche à voile pratiqué intensivement...) mais en faisant je pense une erreur de taille : je montais haut (190 puls), je redescendais un peu (170 puls) et je redémarrais, (ces chiffres sont un peu arbitraire), ce qui est sur, c'est que je ne progressais pas réellement, j'étais plutot en surentrainement.

Plus tard, j'ai fonctionné différemment, je m'entrainais aux mêmes intensités par contre mes récups étaient directement liées à mes fréquences cardiaques et je ne redemarrais que lorsque j'avais atteint mon seuil aérobie (seuil au dessous duquel le coeur se remplira moins bien), ma phase de récup était donc plus longue et plus profitable...Plus de surentrainement, de la fraicheur sur les épreuves et une réelle progression....

Alors, un bon conseil, bossez au cardio-fréquencemètre et vous apprendrez à vous connaitre et ainsi vous éviterez de grosses erreurs d'entrainement....

OJ

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0