Savoir prendre un départ Canon en triathlon...!

 

Réussir sa course, c'est aussi dans de nombreux sports, prendre un départ en tête ou en tout cas aux avants postes d'entrée...Ceci est absolument le cas en voile par exemple ou être devant signifie avoir du vent frais et être libre de ses choix tactiques....C'est un peu moins vrai en triathlon ou vélo car on recherche aussi l'abris des autres mais celà reste fondamental.

Quels sont les paramètres d'un bon départ ?

Les départs de triathlon, on le sait, c'est toujours des départs "surprise" ou l'on vous dit de reculer gentiment en annonçant un départ dans deux minutes alors qu'en fait au même instant la corne de brume retentit...Le triathlète concentré sur son départ ne se fait jamais surprendre , il surveille son envirronnment et anticipe toujours le départ, il ne recule jamais plus que nécessaire, recule toujours face au départ en position horizontale pour assurer un démarrage éclair et reste en première ligne, prêt à bondir à chaque instant....

 

Il y a des cas de figure ou l'on sait que l'organisateur n'a pas le choix et que le départ doit être donné à un instant précis comme un départ décalé de 10 min aprés les filles par exemple ou après les "pros" en Ironman, le chrono tourne et il n'est pas question de lancer 15" avant ou après....!

Etre bien placé, c'est à dire le plus près possible de la première bouée d'une part mais aussi entouré de nageurs plutôt meilleurs que soi de façon à pouvoir bénéficier de leur vitesse et se faire emmener sur un rythme supérieur à sa propre allure....Ceci est valable lorsqu'on n'est pas le leader du jour, dans le cas contraire, le jeu est de se "démarquer" suffisamment de ses adversaires potentiels pour pouvoir tenter une cassure en natation d'entrée affin d'éviter qu'ils bénéficient de votre aspiration.

Deuxième point, savoir partir très vite sans essoufflement exagéré au bout de 100m, zone critique ou souvent le paquet ralenti "asphyxié", c'est à cet instant aussi et surtout que tout se joue, c'est pourquoi, il ma parait fondamental de faire des exercices de départ à intensité maximale mais les pieds attachés de façon à apprendre à nager vite en bras seuls...L'impact circulatoire, disons cardiaque et respiratoire, est bien inférieur et il est du coup aisé de retrouver un rythme de croisière à 100- 150 m lorsque les nageurs autours de vous sont "oxy"!....

 

Pour ma part, je nage en course toujours avec un petit fond d'eau dans les lunettes, ce qui me permet de les essuyer régulièrement en action et conserver une bonne vue pendant l'épreuve, je n'ai jamais une confiance aveugle envers celui qui nage devant moi mais je vérifie par moi-même l'exactitude de ma trajectoire.

Il m'apparait important aussi d'avoir repéré avant le départ des amers à terre sur les différents trajets de façon à ne pas avoir à se poser la question du cap à suivre, notamment sur les courses longues lorsque les bouées sont difficiles à voir....

Partir en tête sur les triathlons, ou en tout cas dans les premières "lignes", c'est déjà un gage de pré-réussite de sa natation, reste ensuite à ce que votre technique ne se dégrade pas, que le maintien dans les pieds de celui qui est devant ne doit pas se faire avec le regard et donc la tête haute mais au contraire à la sensation, les mains ressentent l'eau turbulente du nageur qui est devant, un petit regard de temps en temps pour vérifier mais le moins souvent possible....On recherche là aussi la glisse permanente !

Bonne réflexion, OJ

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Pdf Creators Reviews (mardi, 03 janvier 2017 13:16)

    Aut sint velit, fugit, anim non minima amet, at voluptatum tempore, nihil sint magnam.