Rouler efficace avec du vent, gérer l'allure....

On entend sans cesse (et surtout en bordure de mer comme nous en atlantique) se plaindre du vent constamment, ceci semble être une grosse gêne pour un grand nombre au niveau de l'entrainement....Je suis en partie d'accord au dessus d'une certaine force de vent (30 noeuds et plus) notamment lorsqu'on le prend de travers car ça devient dangereux....

Par contre choisir ses parcours en fonction d'une direction de vent me semble totalement déplacé, déjà d'une part parce que le jour de la course, les conditions seront ce qu'elles sont et de plus un athlète doit savoir négocier le vent sans aucun soucis....Et en vélo, c'est bigrement facile, de par les multiples possibilités de braquet dont on dispose !!.....

Beaucoup semblent affirmer sans "négociation" possible que l'effort est plus dur vent de face, je ne suis pas d'accord avec ça, tout dépend de son propre investissement....Avec un capteur de puissance, ou même un cardiofréquencemètre, on peut très facilement réguler son effort et maintenir une intensité stable quelque soient les conditions (en jouant sur les braquets)......

Et très vite il apparait généralement que les gens n'ont spontanément pas une allure régulière dans le sens "intensité" du terme !!, c'est à dire qu'ils mettent de la pression vent de face et se laissent glisser gentiment vent arrière.....Du coup, sur un tracet cardiaque ou de puissance , on pourra mettre en evidence les portions vent de face ou il y aura 15-20 puls en plus alors qu'il n'y a aucune raison !!....Ce sera un peu le même effet que sur un parcours légèrement vallonné...

L'aspect technique du pédalage prend , avec le vent de face, tout son intêret, il est fondamental d'avoir un coup de pédale bien huilé, ou plutot bien rond, ce qui diminue les points morts dans la propulsion et accentue la puissance globale !....

Il m'apparait également plutot pertinent de faire ses séances de VMA (ou PMA) avec des portions vent de face, les vitesses acquises seront moindres, la resistance à l'avancement sera maximale très rapidement, et les puissances relevées seront optimales à la progression de l'athlète.....Mettre 450 watts vent de face, ça se fait "bien", mais vent arrière par contre il faut rapidement envoyer de la "Braquasse".

 

 

Tout celà pour dire que le vent , ça se gère facilement, ne pas s'enteter avec un braquet trop dur mais jouer un maximum du dérailleur dans un sens comme dans l'autre.....C'est à dire que vent arrière, ce n'est pas une période de repos....En course, l'intensité doit être stable, et le vent arrière ne doit pas être ressenti comme une période de récup mais comme un tronçon de route classique !!.....Travailler au cardio et apprenez à doser votre effort comme ça, vous comprendrez en partant courir derrière que OUI la solution est bien là !!

OJ

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    favreau (samedi, 17 mai 2014 10:31)

    tout a fait d' accord oliv , hier 103 bornes ( Marans - la Tranche) vent de coté et de face le+ souvent ça soufflait beaucoup . aller 165w de moyenne retour 171w de moyenne 51 km de face et pas + fatigué qu' une sortie normale et que 6 w de difference