La base de la réussite : Athlète combattant, athlète motivé....

La réussite en tous sports tient à divers paramètres, mais la réussite, du point de vue de l'optimisation de ses résultats selon un profil génétique donné, tient à mon sens à deux qualités uniques : Etre motivé et être combattant !!

Définissons tout d'abord les termes :

Pour moi , un athlète combattant est une personne qui se bat jusqu'a la mort, quelqu'un qui par nature attaque, prend des risques, et qui malgré la souffrance dans l'effort maintient un haut niveau d'intensité comme si sa vie en dépendait....Ce genre d'individu est à niveau égal extremement dur à battre car il vous aménera à la défonse totale, en général, le plus tendre des deux lache prise et se contente de finir derrière...

Ce type de lascard est tellement dur au mal et accroc au combat, qu'il aime les duels, et surtout les gagner !! Quand on sait qu'une course d'endurance comme le triathlon, c'est une succession de duel permanent, on imagine bien qu'à la longue, on retrouve les meilleurs combattants en tête de course et là chaque place gagnée est un défi !! :)

Pour moi qui ai cotoyé beaucoup d'athlètes de haut niveau dans divers disciplines, être combattant n'implique pas pour autant une motivation forte; je m'explique !

La motivation se repère chez un athlète lorsqu'il faut plutot le retenir de s'entrainer, le retenir sur les intensités au début car il croit tout naturellement que plus il s'arrache au quotidien et plus il sera fort en compétition....Il sera constant à l'entrainement, organisera sa vie autours de ses séances qu'il considérera comme prioritaires sur tout le reste, C'est aussi une personne qui n'a pas besoin de faire des courses tous les dimanche pour rester dans le coup mais au contraire qui peut passer 8 mois sans épreuve tout en s'entrainant 10-15 ou 25 h par semaine avec en point de mire un objectif phare sur lequel il ne lachera rien !!!

Alors, vous l'aurez compris, l'athlète motivé a un gros atout sur l'athlète uniquement combattant car il saura construire sa carrière tranquillement sans vivre sur ses acquis....A choisir, c'est plutot cette qualité qui prime, en fait le combattant va rapidement s'essoufler car généralement il n'est pas constant à l'entrainement , chaque séance est une contrainte et il se bat pour s'entrainer....La meilleure méthode dans ce cas de figure est d'enchainer les compétitions à bloc toutes les semaines avec qqs séances cool entre chaque.....mais c'est pas du boulot, ça a evidemment ses limites !!

Lorsqu'en tant qu'entraineur, on découvre "la perle", c'est à dire l'athlète combattant (on appelait à l'époque Mark Allen : the grip....Ca veut tout dire !) d'une part, motivé d'autre part et qui en plus est doué gestuellement parlant et physiologiquement, là evidemment, ça devrait bien se passer...Mais on en croise pas tous les jours des comme ça !!...

Alors mes chers athlètes, posez vous ces questions de base : Etes vous motivé, combattant, ....?

 

Ps : Ci dessus, Charline Picon qui a brillamment remporté la médaille d'or à Rio 2016 en planche à voile !

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Antoine Szadeczki (jeudi, 16 juin 2016 13:49)

    Bien d'accord avec toi là-dessus mon cher.
    Dans beaucoup d’épreuves sportives (et dans la vie en général), une course individuelle peut basculer pour pas grand-chose, le coup de collier supplémentaire du combattant pouvant lui permettre de passer un sommet et de dévaler la pente opposée alors qu’un autre restera bloqué de l’autre côté.
    J'ajouterais pour ma part que je suis convaincu qu'on ne nait pas "combattant" ou "motivé" mais que ces comportements sont aussi, et sûrement essentiellement, le résultat de nos expériences passées. Je pense que la motivation et la combativité sont des domaines de progrès au même titre que les capacités physiques et qu'il suffit parfois d'y croire, que dis-je, de savoir que l'on peut s'améliorer (et d'en avoir envie) dans ces domaines pour le faire. Attention quand même, on n’améliore pas sa motivation en la forçant, mais en l’apprivoisant.
    Chaque athlète motivé peut connaitre des passages où la motivation décroit. La difficulté peut déjà être de s’en rendre compte pour comprendre que l’entraînement devient une corvée. Il est alors important d’apprendre à rompre la monotonie de l’entraînement en variant les formes et les supports, et en y trouvant d’autres sources de motivation que le simple fait de se faire mal à la gueule pour progresser.

  • #2

    Antoine Sarzeski (jeudi, 18 mai 2017 10:01)

    Hello Olivier,
    En relisant cet article je me pose une question : où placerais​-tu la confiance en soi dans ce mélange de qualités "mentales" ? Car j'ai l'impression que confiance et combattivité ne vont pas forcément de pair (ça peut sembler étrange au premier abord) et pourtant la confiance apporte un plus.