Course à pied, quelques bases techniques

 

Il est important de comprendre le mécanisme de la foulée au sol.

il se divise en trois phases :

1- la pose du talon, l'amorti
2- le contact du pied complet sur le sol
3- le passage sur la pointe et la finition de la propulsion.

Même si la phase aérienne joue un rôle moins important que la phase de contact au sol (amorti et propulsion) elle n'est tout de même pas à négliger.

Pour que la foulée soit efficace, la phase de contact au sol doit être la plus économique possible.
La difficulté est de trouver un compromis entre économie et efficacité.
Il faut également trouver un équilibre entre amplitude et fréquence.

Le contact au sol

1- l'amorti :

L'amorti est très couteux en énergie, plus l’amorti sera gros, plus l’énergie à fournir sera élevé pour la suite de la propulsion.
Il sera préférable d'avoir une foulée plutôt rasante qui évitera au coureur de monter et descendre à chaque impact au sol.
Quand on regarde de profil les coureurs de hauts niveaux, leur foulée est fluide, elles ne s'écrasent pas suite l'impact au sol leur tête reste toujours à la même hauteur, le mouvement est seulement horizontal. Il n'y a pas de déplacement vertical.

Il est préférable d’essayer d’éviter la pose du talon afin de profiter au maximum de l’effet de ressort de la pointe du pied.

2- La pose du pied complet :

C'est la transition entre la phase d'amorti et la phase de propulsion. Elle doit être brève, d'ailleurs le temps de contact au sol, de l'amorti à la fin de poussée des orteils doit être le plus bref possible.
Il faut garder cette notion en tête lorsque vous vous entrainez. Imaginez que vous courez pieds nus sur des braises...
Restez léger et bref au sol.
Durant cette phase, vous devez avoir l'impression que le pied recule dans la chaussure.

3- Le passage sur la pointe :

Cette phase conclue la propulsion, si l'impact au sol est bref et le moins possible sur le talon, vous allez profiter de l'élasticité des muscles de la chaine arrière.

Il est relativement difficile de finir la propulsion avec les orteils, nous chaussures de running nous y empêchent.

De nouvelles chaussures, reproduisant la course pieds nus, sont sur le marché en ce moment.
Si elle peuvent être très intéressantes pour le travail technique de la foulée, il ne faut pas abuser de leur utilisation.
Nous sommes habitués à un certain amorti, toute la journée nous sommes chaussés dans des souliers avec maintient de voute plantaire ou autres soutiens. En réalité nos chaussures "affaiblissent" les muscles de maintient du pied. Il est donc difficile de revenir en arrière.
Mon témoignage personnel sur ce sujet :
Issu de la natation, j'avais dans mes débuts une course à pied ou mon problème principal (mis à part mon gabarit un peu hors norme : 1.72 pour 78 kilos) dès que j'ai su le diagnostiquer, était qu'effectivement, j'allais chercher un appui trop loin devant, ma phase d'amorti était donc longue et très couteuse en énergie, de plus j'avais un mouvement oscillatoire vertical indui d'autant plus important...bref, une foulée ample et pas du tout économique....Je ne tenais pas l'allure sur 10 kms en fin de triathlon, ma foulée m'usait....
L'année suivante, j'ai travaillé là dessus, j'ai fait l'effort de racourcir ma foulée, essayer de poser mon pied sous le centre de gravité du corps, accélérer les jambes en réduisant l'amplitude, l'impact chrono a été immédiat, j'ai gagné tout de suite 2' sur un 10 kms de fin de triathlon, je n'avais quasi plus d'oscillation verticale, une fréquence bien sur plus élevée et un maintien de l'allure facilitée ....
Il est facile de comprendre que plus on s'affesse sur ses appuis, plus la fatigue musculaire va s'accentuer avec le temps....imaginez simplement amortir au point de vous retrouver en demi flexion à chaque foulée....Au bout de 30 m, vous êtes allongés, bilan, il faut rester tonique et le plus haut possible sur ses appuis (se grandir)
Ma sensation recherchée depuis est toujours de poser mon appui dessous et griffer, pousser derrière quelque soit l'allure de course (vite ou lent)....Il m'est désormais, depuis ce temps, difficile de courir très lentement car la foulée tend à s'embaler !...
 
On pourrait dire que cette technique de course à pied est expliquée ici (http://www.e-sante.be/course-pied-connaissez-vous-methode-pose/actualite/725) autrement mais l'idée est bel est bien là.
OJ

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    SOUFIANE Kharim (lundi, 15 septembre 2014 14:50)

    J’adore votre fouler je aimerais avoir ce fouler aussi