Royan, Triathlon Half Ironman 2016

Voilà, c’est une constante, j’aurais pris chaque départ depuis sa création, le triathlon de Royan, c’est bien, c’est tout prêt de la maison et c’est une belle course avec un parcours qui me plait, même s’il n’est pas des plus faciles notamment en course à pied !!

Un mois avant de retourner pour la troisième fois à Hawaii, courir la fameuse finale Ironman, c’est un excellent test qui permet de savoir ou on en est….

J’ai pu cette année (depuis mai-juin) enfin recourir correctement, je veux dire par là 5 à 6 sorties par semaine avec un peu de rythme sans pour autant aller titiller des vitesses au dela des 17 kmh car je me sais fragile (aponévrosite tout l’hiver toujours présente ainsi que diverses douleurs de vieux !! J )…Niveau vélo, mes stages sur Mervent ont certes fait beaucoup de bien à mes stagiaires mais à moi aussi finalement, car en retour en plaine, j’ai vu que mon seuil FTP était nettement monté car j’ai pu tenir dernièrement sur un test tronçon de 20’ une moyenne de 365 watts (ce qui est pour moi excellent)….De plus pour la première fois l’été, j’ai nagé régulièrement en mer, c’est pas le mieux mais c’est toujours mieux que de ne pas se mettre à l’eau du tout (ce qui était ma tendance les dernières années) et donc souvent une natation médiocre sur Royan…Là , j’étais plus confiant dans ma capacité à tenir une cadence….

Donc bonne semaine de récup, petits entrainements légers, certes Royan n’est pas mon objectif prioritaire mais je fais peu d’épreuves et j’aime bien m’y présenter dans de bonnes conditions, sinon pour moi c’est de l’entrainement et dans ce cas je reste chez moi !!....Je me sens prêt, malheureusement un petit point dans la gorge apparait mercredi, il ne me gêne pas trop jusqu’à ce que la veille, je devienne une loque, fièvre et toux…..Merde, j’ai rien dans ma pharmacie si ce n’est un pauvre collutoire « attention sportifs….etc »…je décide de ne pas y toucher, ce serait trop con !!....Nuit difficile, réveil la gueule en travers, deux tartines grillées, un bol de café, rien ne passe…On part comme ça….Bref, je ne cherche pas l’A.C.E (attribution causale externe) mais ça s’organise pas top tout ça…On verra !

Rendez-vous sur zone avec quelques- uns de mes stagiaires de Mervent auxquels j’avais promis un petit briefing d’avant course autours d’un café, ce sera l’occasion de revenir sur les fondamentaux, placement en natation, prise de repères diverses, gestion départ, gestion de l’effort sur le vélo mais aussi la globalité de l’épreuve, alimentation, etc….Bref, un petit chek list pour tenter d’éviter à chacun de grosses boulettes !!

La course :

Pour ce qui est de mon ressenti, j’ai pris un départ absolument identique à tous les départs, nage forte sur les bras, quasi pas de jambes, quasi pas d’essoufflement à aucun instant…Du coup à partir de 150-200m , je sens que je commence à grignoter des places, je reconnais d’abord Lionel sur ma gauche, je me glisse à sa droite puis le double assez facilement, je grignote encore 4-5 nageurs avec des bonnets de couleur (ça sent les élites !!) puis je reconnais David Bardi et hervé Faure à mes cotés que je passe à la bouée du demi tour ….Bref, je suis très à l’aise , capable de nager 4 kms de la meme manière, comfort de route, je reste centré sur mon placement de tête, l’orientation de mes appuis, et mon amplitude à la poussée…Je suis alors 4ème, j’aperçois a 40m devant les grosses pointures dont Valentin certainement…Je commence à perdre mon bonnet sur le final, il fait une poche et du coup, ça me freine immédiatement, rien de bien grave, je sors 6eme dans les pieds de David et Hervé Faure, à ce moment, à une minute de la tête, c’est queudalle !!....Bien sur la natation à Royan, ça s’arrête pas là, il faut se taper 400m de sable et là, c’est pas mon fort, j’arrive 10-11eme au parc et troisième féminine !! ahaha…

La bonne nouvelle dans tout ça, c’est que ma crève ne m’a visiblement pas handicapé le moins du monde, je suis concentré sur l’anticipation des gestes à réaliser à la transition, et enfin cette fois, j’optimise bien le coup, cette transition n’est généralement pas mon fort, et là surprise je repars très vite….

Concentration immédiate sur le vélo à ne pas dépasser mes allures cible, je vise un 280 watts, ça peut m’emmener sur un chrono de 2h26 à l’arrivée en restant stable sans à coups….Je ne compte pas m’accrocher aux avions de chasse comme les Guilloux et autres Noclain, Belgy qui sont trop forts pour mes vieilles jambes , chacun son allure, moi, je joue la carte stabilité !...

Les sensations sont pas mauvaises, si ce n’est que je passe mon temps à cracher, me moucher…Je me recentre très vite (et ça me semble fondamental) sur ma technique de pédalage, bec de selle et j’enroule le braquet en tachant de bien pédaler rond, vélo bien en ligne, la sensation d’effort devient confortable, 85 tr/min et toujours 280 watts, je me sens plutôt bien, je me dis qu’à 100% de mes moyens, je serais sans doute très à l’aise, mais je me dis aussi que c’est à pied que je risque d’être le plus gêné….

Un petit plus cette année,, c’est le fait que l’orga ai pris à bras le corps le problème du drafting, du coup, on sent que chacun se tient plus à carreau, on ne croise plus de paquets compacts mais plutôt un flux constants de triathlètes légèrement espacés….C’est une bonne chose, à partir du moment où les arbitres sanctionnent lorsque les faits sont incontestables…

Le vélo se passe sans gros encombre, si ce n’est que je perds mon bidon aéro d’entrée (au 5eme km), ça a perturbé un peu mon organisation mais du coup très vite, je passe à l’eau sur les ravitos « orga », passage des bosses finalement tout sur la grosse plaque certes mais en 54/25 pour les plus raides donc ça roule, je dépassais pas les 350 watts en cote avec encore un peu de vitesse de jambe, c’est correct…Je finis le parcours vélo 15eme avec Antoine Méchin et Pierre Massonneau (si on fait le calcul, on a du faire au moins 500 bornes ensemble avec ce dernier depuis le temps !!) sans fatigue réelle, les bosses passent toujours bien, j’ai de la réserve de puissance, pas de doute, je suis en forme !!!

La nouvelle arrivée vélo est sympa, moins de distance à se taper à pousser le vélo, cool !!

Le départ des 21 kms de ce parcours, c’est toujours un grand moment, un monde fou qui vous encourage, qui tend à vous faire courir trop vite,( un des principaux dangers), parcours à pied dur, car il faut se souvenir, 2 belles zones de sable sec de 200m chacune à faire deux fois, ça flingue, et surtout une butte de la mort (sans doute 20% et plus) de 150m mais elle tue…Enfin, voilà, pour moi, c’est plus du tout la même affaire, je cours allure footing, pas d’essouflement mais totalement bridé, l’air ne passe pas, l’inconfort total, sensations très désagréables, et c’est là que la crève se paye plein pot…Alors petit train de sénateur, je fais encore un peu illusion au premier tour lorsque je passe devant les p’tits jeunes venus nous encourager, mais pas un mot, ni un sourire, juste un petit signe pour dire « je vous ai vu »….C’est dur, et je me dis juste maintenant, « Allez, il faut finir !! », l’année d’avant, c’est en hypo que j’avais terminé, cette année, c’est pas l’énergie qui manque mais le semi ne sera guère plus rapide !!...A un kilomètre de l’arrivée, Manon me récupère, et m’encourage pour finir avec elle, j’ai encore l’humour pour lui sortir : «  t’es mignonne, tu cours à 15 à l’heure !! tu m’as vu ?? »…Elle doit me coller 1’ sur un km, c’est pour dire que le final a été laborieux, ah, oui, c’est vrai 20sec d’arrêt au dernier ravito à 500m de l’arrivée…On n’est pas à ça prêt !

Bravo à toi, Manon, tu m’as bluffé… !!

Voilà, moi qui souhaitait rester à Royan ce samedi soir partager un peu quelques bons moments avec L’organisation, Lionel…etc…pour mes 50 ans…ce sera pour une autre fois…, je décide de rentrer après la remise des prix, je suis déglingué, j’arrive à la maison, et je DDDDOOOOORRRS !!

Bilan : Ma course n’est évidemment pas satisfaisante en résultat brut, mais je suis cependant très confiant sur ma forme actuelle…

  • Une natation solide avec une réserve de puissance, la même en 4kms sans problème
  • Une bonne récup après la transition « sablée », c’est souvent là que je peine à redémarrer ensuite.
  • Du coup, tout de suite dans l’allure en vélo sans temps de latence
  • Fin de parcours vélo relaché sur les 7-8 derniers kms, je ne souhaitais plus imprimer le rythme pour les copains
  • Une course à pied pas surprenante au vue de ma gêne respiratoire mais je pense qu’en temps normal un chrono d’1h30’-34’ est largement dans mes cordes ,c’est de toutes façons pas un parcours pour moi à pied, il me faudrait des raquettes dans le sable !! JPour conclure, je reste sur la même ligne de conduite, Hawaii s’approche, je me sens bien, juste passer quelques jours à bien me soigner, c’est l’année de mes 50 ans et tout peut arriver là bas !!

Bravo à Valentin qui a sur être présent en finissant 4ème, bravo à Lionel qui 15jours après Vichy (en 8h47) a tenté le coup et Bravo à tous les finisheurs, retenez aussi pour ceux qui s’inquiètent d’avoir mal réussi leur course, Le LD de Royan est un triathlon exigeant qu’on optimise pas forcément d’entrée de jeu pour les « débutants », il faut un peu de métier, je dirais un minimum de deux bonnes saisons d’entrainement s’impose pour s’aligner serein là-dessus….Et ensuite, la moindre erreur de maitrise d’allure se paye Cash sur le final….Tout un art ce triathlon !

La feuille des résultats complets : http://www.ipitos.com/images/pdf/1420/triath-long.pdf

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    philippe (lundi, 12 septembre 2016 21:03)

    super récit Olivier, belle course tout de même avant ton objectif d'hawaii, bon séjour et bonne course à toi , go go go...

  • #2

    Cyrille et Mag (dimanche, 25 septembre 2016 09:59)

    Salut Olivier,
    Juste quelques encouragements pour Kona. Sois fort et pour ton âge, c'est pas mal...LOL
    Captrail suivra ta perf.
    Bon courage et félicitations à la nouvelle championne du monde !